1min

Capitale des canins canons

canin-enqueteke
Axel Korban. CC BY-SA.

Et si on vous disait qu’en face du beffroi de la petite ville de Thuin, un organisme régit des compétitions dans le monde entier ? Rangez vos haltères, on parle de concours de beauté… canins. Bienvenue à Thuin, capitale du chien.

À l’entrée du patelin : « Thuin, capitale du chien ». Sérieux ? Expliquez-nous comment la Fédération cynologique internationale (FCI), rassemblant 92 pays membres, a atterri à Thuin, 15 000 habitants ? « Au départ, les bureaux se trouvaient à Bruxelles, explique Yves De Clercq, directeur exécutif. Ils se confondaient alors avec ceux de la Société royale Saint-Hubert » qui délivre au niveau belge les pedigrees aux chiens de race. La FCI, elle, gère et organise les compétitions qu’elle reconnaît comme officielles. Dans les années 1960, Charles Gendebien, alors secrétaire général, la déménage à Thuin, en Hainaut, où il a exercé comme bourgmestre avant l’actuel maïeur, l’ex-ministre Paul Furlan.

Depuis, des titres de beauté sont envoyés aux beaux gosses quadrupèdes du monde entier en provenance de la petite ville, devenue « capitale mondiale du chien » en 2010. Concrètement, si un caniche sexy de Los Angeles remporte le gros lot, sa performance est encodée dans les bureaux thudinois, qui lui envoient par voie postale un splendide diplôme à l’effigie de ses semblables. La FCI compte 8 500 éleveurs, éparpillés sur la planète, avec qui elle partage une volonté de « promouvoir l’utilisation des chiens de race », dixit les statuts de l’asbl.

Portorithuin

Voilà l’un des intérêts des fameux concours de beauté : constituer une vitrine épinglant quelle espèce est recommandée pour l’élevage. « Il n’y a pas d’argent en jeu, on paie même 50 euros par participant », raconte Boris Wiesen, exposant canin belge confirmé. Si …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2835 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus