19min

Louvain-la-Neuve. Boum, notre ville fait boum

grande-illu_cmjn_corr.jpg
Emilie Plateau. Tous droits réservés.

1968, la ville sans voitures et l’utopie d’une cité construite avec ses habitants, c’est loin. Voici Louvain-la-Neuve squattée par les promoteurs immobiliers. Bientôt, l’entrée de la ville sera redessinée. Et ce n’est pas l’effigie du Prix Nobel Christian de Duve ni des inventeurs du cyclotron qui s’afficheront, mais la façade de L’Esplanade 2, temple des marques et du commerce.

Acheter c’est exister. » Arnaud Bonnet, chef de projet chez Klépierre, spécialiste de l’immobilier commercial et leader européen des shoppings clé sur porte, dévoile la maquette de L’Esplanade 2. On est en octobre 2016. Les habitants de Louvain-la-Neuve vont pouvoir « exister ». Il s’agit de l’extension controversée du centre commercial qui s’était ouvert, en 2005, en plein centre-ville. Nouveau symbole suprême : l’arrivée annoncée de Primark, champion de la fringue à production expresse. Alerte, la ville des intellos, des bobos, des écolos, dernière à résister, aurait-elle vendu son âme au grand capital ? La ville-modèle – celle du piéton-roi, des kots étudiants à projets sociaux, de la participation citoyenne et du débat de société – semble écrasée sous un rouleau compresseur sans réel pilote. Depuis plus de dix ans, les calicots brandis par les opposants au shopping pointent le vrai coupable, à leurs yeux : l’Université catholique de Louvain, rebaptisée « Université commerciale de Louvain ». Dont la devise serait triste à mourir : « Étudier, Travailler, Consommer et Crever ».

L’université valorise plus que jamais « ses » terrains en les cédant aux balourds de l’immobilier. Et la puissance publique, la Ville d’Ottignies/Louvain-la-Neuve, se voit reléguée au second rôle, donnant l’impression de subir plutôt que de gérer, souvent en retard d’une guerre sur le bruit des pelleteuses. Résultat ? De plus en plus d’habitants aimeraient savoir qui décide de l’avenir de leur ville, comment et pourquoi. Dix pour cent d’entre eux ont ainsi réclamé une consultation populaire, organisée …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3133 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus