2min

Le casque, ce crève-vélo

etude_du_milieu_02-vert-def.jpg
Johan Massez. CC BY.

Le casque obligatoire pour les cyclistes, une fausse bonne idée ? La proposition émane souvent des lobbies automobiles… dont semble faire partie notre Institut
pour la sécurité routière (IBSR).

L’obligation du port du casque pour les cyclistes […] ferait-elle partie d’une stratégie anti-vélo émanant du lobby de l’industrie automobile ? »

En février dernier, c’est par ces mots que le blogueur @Zinne
[bi]ke ouvrait un billet intitulé « L’Institut belge pour la sécurité routière : lobby auto, anti-vélo ». Il y égratignait un plaidoyer en faveur de l’obligation du port du casque pour les cyclistes de moins de 14 ans, que plusieurs médias venaient de relayer.

Un mois avant que le port du casque vélo ne devienne obligatoire en France pour les moins de 12 ans, l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) alignait en effet une série de chiffres « montrant le bien-fondé d’une telle mesure » : au moins 700 cyclistes de moins de 14 ans impliqués chaque année en Belgique dans un accident, dont une cinquantaine tués ou gravement blessés (une fois sur deux à la tête) et une réduction de 70 % du risque de blessure à la tête lorsqu’on porte un casque. Selon l’IBSR, 60 % des Belges seraient d’ailleurs favorables à cette mesure : « L’argument souvent invoqué par les associations contre l’obligation du port du casque est le fait qu’elle risque de décourager la pratique du vélo. Pourtant, aucune étude fiable ne montre que l’imposition du casque pour les enfants ait des effets dissuasifs à long terme sur la pratique du vélo. »

Jouer sur les peurs

Depuis plusieurs années, le GRACQ (Association des cyclistes francophones), comme d’autres mouvements pro-vélo partout dans …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus