22min

Stéphane Moreau : « Tu vas te taire ? ! C’est moi qui parle ! »

Syndicats, justice, médias : Il dégomme à tout va

nethys-moreau
Colin Delfosse. CC BY SA.

À la tête d’un empire économique et financier, le discret patron de Nethys (Voo, L’Avenir, BeTV…) et du fonds de pension Ogeo Fund est l’un des hommes les plus puissants du PS. Présumé innocent, il est poursuivi pour « détournement » et « escroquerie » dans deux dossiers judiciaires distincts. Entre minitrip à Abu Dhabi aux frais de la princesse, attaques antisyndicales, dégommage d’un juge d’instruction, pressions et boycotts publicitaires dans les médias, Médor explore la face cachée de Stéphane Moreau.

LA GRANDE BOUFFE DES MÉDIAS

Jeudi 21 juillet 2016, Saint-Tropez. À l’heure de l’apéro, lorsque les yachts confluent vers le Vieux Port, une autre transhumance, moins tape-à-l’œil, se met doucement en branle : une septantaine de per­sonnes convergent vers La Bouillabaisse, un restaurant et sa plage privée qui prétendent offrir « une des plus belles vues sur le village tropézien les pieds dans l’eau ». Elles vont y célébrer un serment, prêté 185 ans plus tôt par un certain Léopold de Saxe-Cobourg…

C’est la Fête des Belges, organisée cette année par les millionnaires liégeois Paul-François Vranken (numéro deux mondial du champagne) et André Dupont (qui a fait fortune dans le textile en Turquie). L’empereur du plâtre, Lothar Knauf, et le roi de l’immobilier principautaire, Georges Moury, figurent parmi les convives. Au menu, pour 80 euros hors vins : coupe de champagne (Vranken, bien sûr) ; pomme de terre Roseval à la truffe d’été ; croustillant de daurade royale, crème d’artichauts, beurre blanc, tomate basilic ; et cheese-cake au citron vert et fruits rouges.

Stéphane Moreau, 52 ans, puissant patron de Nethys (ex-Tecteo) et bourgmestre PS d’Ans, est assis à la table de Luciano D’Onofrio, l’ancien homme fort du Standard de Liège qui a payé, un an plus tôt, une « transaction pénale » de plus d’un million et demi d’euros pour éviter un procès pour blanchiment d’argent. À leurs côtés, un troisième personnage les éclipse : l’homme d’affaires français Bernard Tapie. C’est Luciano D’Onofrio qui a joué les entremetteurs …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3417 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus