1min

La queue en tire-bouchon

Quand Médor indague sur un détail-farce du quotidien

manneken_futur.jpg
Baptiste Virot. Tous droits réservés.

Les petits Manneken-Pis vendus aux touristes ressemblent à de vilains nains de jardin. Mais d’où sortent-ils ?

Le véritable Manneken-Pis, réalisé par Jérôme Duquesnoy l’Ancien, est un petit colosse à la chevelure bouclée qui loge au Musée de la Ville de Bru­xelles, Grand-Place. C’est sa copie conforme qui pisse au coin de la rue de l’Étuve et de la rue du Chêne. La Ville, propriétaire de l’œuvre, vante « la finesse d’exécution des traits de l’enfant ». Et la conservatrice du musée, Bérengère de Laveleye, évoque une « magnifique statue baroque », datant de 1619-1620.

Dans les magasins de souvenirs du centre-ville, ce petit prodige urinant se vend en version statuette, tire-bouchon ou porte-clés, en polyester ou en métal, à partir de 1,95 euro. Et il y a le choix : celui qui a les cheveux tout plats, celui qui a un ventre de Bouddha ou celui qui n’a pas dormi depuis 10 jours. Rappelons que, 70 ans après la mort d’un artiste, il n’y a plus de droits d’auteur. « C’est surtout aux cheveux que l’on voit à quel point les copies sont ratées », observe la conservatrice.

Comment est-ce possible ? Mireille Ruytinx, propriétaire du magasin La Vieille Lanterne, en face du Manneken-Pis, nous montre son étalage. « Tous ces petits Manneken-Pis viennent d’Asie… » L’un de ses fournisseurs, la société liégeoise Martini et Fils, a fabriqué des statuettes en plâtre pendant quatre générations. « Dans les années 90, on a envoyé nos moules au Vietnam », explique Michel Martini. De là, reviennent trois modèles en polyester, dont l’un « pas …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3415 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus