12min

Luc Trullemans : Mauvaise grêle

mongolfiere-150516-detour.png
nicolas fong.

Le météorologue vedette de RTL n’avait pas prévu le verglas qui se formerait sous ses pieds. Bardaf ! Des propos racistes relayés sur les réseaux sociaux ont précipité son embardée. Le médiatique prévisionniste a été licencié sur-le-champ et est devenu persona non grata dans les médias belges, tout en poursuivant une carrière d’envergure internationale. Tous les aventuriers se l’arrachent, Bertrand Piccard en tête. Mais qui est ce type ?

Fin d’après-midi, le vendredi 26 avril 2013, chaussée de Louvain à Bruxelles. Une Mercedes ralentit à la vue du feu de signalisation qui va passer au rouge. Pas d’empressement particulier pour la berline ce soir-là. C’est le retour au pays au terme d’une semaine passée en Suisse, il faut juste faire un crochet à la rédaction de RTL, puis se retirer à la campagne pour le week-end.

Dans la voiture qui le suit, la conduite est plus agitée. Pourquoi s’arrêter alors que le feu n’est pas encore passé au rouge ? Appels de phares, dépassement hasardeux, queue de poisson, arrêt net. Plusieurs personnes d’origine nord-africaine descendent du véhicule. L’altercation prend directement un ton agressif, les reproches fusent, les commentaires déplacés aussi. Un pieu en bois est extrait du véhicule et finalement c’est un coup de pied qui s’abat dans la portière de la Mercedes. Les détails précis de l’échange verbal ne nous parviendront jamais. Peu importe, d’ailleurs.

Au volant de la Mercedes, Luc Trullemans redémarre. Il n’est pas à l’aise. Dans les studios de RTL, où il est passé faire son billet météo, l’homme fulmine. Parcourant les réseaux sociaux, il lit, approuve et partage un commentaire nauséabond contre l’immigration maghrébine et musulmane : une lettre qui refait régulièrement surface sur Facebook et qui prie les musulmans de rentrer chez eux s’ils ne respectent pas nos us et coutumes. En des termes crus : « Intégrez-vous ou dégagez ! »

TrOll-emans

Le message se répand sur la Toile. Sans s’en douter, …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2850 membres et 1727 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus