14min

Le carnaval des multinationales

D’Écolo à Holcim, itinéraire d’un  ;pragmatique

1-malmedy1-def-filer.jpg
Thierry Jaspart. Tous droits réservés.

C’est l’histoire d’un incroyable retournement de veste. Celle d’un pionnier de l’écologie européenne reconverti en lobbyiste œuvrant pour la très polluante industrie du ciment. Celle d’un lampiste qui a distribué à des fonctionnaires, entre 1998 et 2008, près d’un million d’euros dans des enveloppes afin de leur soutirer des informations confidentiel­les pour ses clients industriels. Combien sont-ils, comme lui, dans l’ombre, au service des multinationales ?

Derrière quel masque se cache-t-il ? Celui d’un Sotê, nain légendaire à haut de forme taquinant les spectateurs avec ses longs bras ? D’un Cwapî, ce cordonnier rouquin au long tablier bleu qui ne cesse de mesurer les jambes des dames ? Ou d’un Long-né, au bonnet de meunier, sarrau bleu et pantalon blanc, qui singe les spectateurs jusqu’à ce qu’ils craquent et lui paient un coup ?

Ce samedi après-midi de février, dans la fraîcheur enjouée de la place Albert Ier, le carnaval de Malmedy peut enfin démarrer. Le bourgmestre a remis ses pouvoirs au Trouv’lê, costume rouge feu et haut de forme, désormais seul responsable, durant les quatre jours du Cwarmê, de cette commune francophone des Cantons de l’Est.

En cachant son identité derrière un masque, on peut prétendre être un autre l’espace du carnaval. Mais en cachant son identité derrière une société offshore, on peut louvoyer pendant des années dans le monde des affaires. L’homme que je cher­che dans la foule malmédienne bigarrée s’est caché pendant dix ans derrière des masques offshore. Durant cette période, il a « noirci » de l’argent via un système que lui a vendu clé sur porte un avocat de Dilbeek bien sous tous rapports. Via le Luxembourg, la Suisse et les îles Vierges, ce montage lui a permis de distribuer, entre 1998 et 2008, près d’un million d’euros à des fonctionnaires afin de leur soutirer des renseignements stratégiques pour ses clients industriels. Sans laisser de traces. Ou presque.

Aller simple pour …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus