14min

Noël n’existe pas

dettes-argent-pauvrete
Olivia Sautreuil. Tous droits réservés.

Elles sont trois personnes autour de la table. La plus connue est Christine Mahy, verbe haut du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté (RWLP). Delphine Incoul, elle, est médiatrice depuis 16 ans et responsable du service « règlement collectif de dettes » au Groupe action surendettement (GAS)-Luxembourg. Enfin, il y a Monsieur André. 62 ans, extirpé depuis deux ans d’un règlement collectif de dettes (RCD). Ces trois personnes occupent chacune une place particulière pour observer le surendettement et la pauvreté des ménages en Belgique.

« J’en parle avec aisance parce que j’en suis sorti, je ne suis plus en surendettement. Cela a été pour moi une épreuve. » Monsieur André soupire. « Plus que cela, cela a été un moment… tragique peut-être pas… mais comme ça quoi parce que je ne suis pas quelqu’un qui… J’ai travaillé toute ma vie, je n’ai pas chômé un jour, j’étais postier, je n’avais jamais rien demandé à personne et les choses ont fait qu’année après année, l’endettement a commencé. Parce que l’endettement, ça je remarque, c’est toujours un peu le même, cela commence avec pas grand chose, cela fait boule de neige, puis c’est l’avalanche et puis on ne s’en sort plus. »
Paroles brutes, sincères et hésitantes. Ainsi commence le récit de Monsieur André, le postier. L’expert de la dette des ménages, c’est lui. Son endettement s’est étalé sur une longue période, plus de dix ans chevauchant deux millénaires. De prêts en prêts. Il était alors marié, « avec trois enfants. Mon épouse ne travaillait pas et je n’arrivais pas à assurer les tâches ménagères. »

Médor. Quels étaient vos revenus ?

Monsieur André (M.A.) Je travaillais toutes les nuits, donc j’avais les primes. Je travaillais aussi le dimanche, pour gagner un peu plus. J’avais 38 ans d’ancienneté et j’ai terminé avec 1 600 euros net. Mais malgré tout, je n’y arrivais pas.

Qu’est-ce qui a provoqué le surendettement ?

M.A. Cela a commencé par un besoin vital, je réfléchis, du style machine à laver.

Christine …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2739 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus