9min

La N-VA démasquée

Climatosceptiques

climat-nva
Laurine Lesaint. Tous droits réservés.

Le média en ligne Apache.be a repéré un réseau de climatosceptiques qui gagne en influence au nord du pays. Ce lobbying occulte vient des États-Unis, activé au profit d’Exxon Mobil et Shell. La Liste Dedecker a été embrigadée la première. Aujourd’hui, la N-VA a pris le relais.

Les « prophètes » de « l’église du climat » et de « l’évangile de l’effet de serre » semblent « défoncés au CO2 ». À coup de scénarios catastrophes martelés « comme une religion », le « lobby écologiste veut renoncer à la modernité », imposer un « projet de gauche » et « faire fuir les entreprises ». Le « Saint-Graal de la politique climatique » finira par provoquer une « extinction des feux ». Ces bouts de citations vous disent quelque chose ? Ces phrases sont tirées du vocabulaire climatosceptique élaboré ces dernières décennies par les conservateurs américains et l’industrie fossile.

Depuis plus de trente ans, les néoconservateurs voient dans les think tanks, les fameux « groupes de réflexion » qui ont fleuri au départ des États-Unis, un véhicule parfait pour diffuser leur pensée. Le but ultime est clair : une dérégulation approfondie de l’appareil public. Peu après que les Nations unies ont fondé en 1988 le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (le GIEC) afin de surveiller les risques associés au changement climatique, ces think tanks ultra-conservateurs ont commencé à élaborer une stratégie pour repousser la « menace verte ».

Des acteurs majeurs tels que le géant du pétrole et du gaz ExxonMobil, mais aussi, par exemple, les célèbres frères Koch, actifs au départ dans le raffinage de l’or noir, investissent alors des dizaines de millions d’euros pour concevoir une stratégie de négation du changement climatique.

Rien qu’à elles, les fondations de la famille …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus