11min

Vélos et gros bobos

velo-flandre-bobo
Ismaël Bennani. CC BY-NC-ND.

Bientôt, en Belgique, la prolifération des deux-roues fera davantage de morts sur la route que les voitures. C’est ce que prédit cet article de la presse flamande, démontrant au passage qu’au rayon vélo, la Flandre a un sérieux tour d’avance. Vite, des solutions !

Vingt-sept secondes. Pas plus. Depuis un peu plus d’un an, pendant vingt-sept secondes, le carrefour de la Londenstraat et de la Bordeauxstraat, dans le quartier anversois de l’Eilandje, est réservé exclusivement aux vélos, d’où qu’ils viennent. L’expérimentation a été baptisée Vierkant Groen (« Carré vert ») ou Alle Fietsers Tegelijk Groen (« Vert pour tous les cyclistes en même temps »).

Après ces vingt-sept secondes, le feu reste rouge pendant une minute et demie pour les cyclistes. L’attente est longue. Tellement longue qu’inévitablement, au bout de trente secondes, le premier livreur de repas guidé par algorithmes décide de passer au rouge sur son vélo électrique. D’autres le suivent. Klaxons. Doigt d’honneur.

Ce carrefour est un aménagement expérimental unique en Belgique et semble créé pour démontrer son inefficacité. Wies Callens, de l’association de défense des intérêts des cyclistes Fietsersbond, qui a plaidé pendant des années pour ce dispositif, voit les choses autrement. Il est convaincu que le feu de circulation qui représente un vélo vert entouré de quatre petites flèches vertes finira par nous sembler aussi normal que tous les autres.

« Aux Pays-Bas, on voit ce feu dans toutes les grandes villes, et le système est à un stade nettement plus avancé. Des feux intelligents mesurent les groupes de cyclistes grâce à des capteurs thermiques pour leur attribuer des secondes. À Rotterdam, certaines pistes cyclables sont équipées d’éclairages LED qui indiquent aux cyclistes à quelle vitesse ils doivent rouler pour arriver à temps au feu vert, ou si au contraire …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3048 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus