1min

L’invention qui claque

collier-belge

Sur les plateaux de théâtre, les techniciens utilisent des « colliers belges » pour attacher leurs câbles.
Mais qu’avons-nous à voir avec ces bouts de caoutchouc ? Une enquêteke internationale.

Le « collier belge » dans le théâtre, c’était autrefois un tronçon de chambre à air sur laquelle était fixé un petit morceau de bois, qui permettait d’attacher des câbles sur une perche ou un pont sans devoir faire de nœud. Il existe aujourd’hui en version industrielle, sous forme de boucle en caoutchouc avec une petite excroissance à l’une de ses extrémités.

Pour « pot belge » (cocktail de dopants utilisés dans le cyclisme) et « compromis à la belge » (chèvre-choutisme politique), on voit bien l’apport de notre grande nation à la francophonie. Mais pour cet élastique de machiniste, héritier des années « chambres à air », le mystère des origines reste entier.

Nous avons donc appelé des régisseurs et techniciens belges, français, suisses et canadiens. Richard Joukovsky, qui a plus de 50 ans de technique dans les mains, assure qu’à l’époque où il tournait avec Béjart, « ça n’existait pas » et suggère que le collier belge doit avoir « dans les 20 ans au maximum ». Nous en avons trouvé une définition et une illustration dans un lexique technique français élaboré entre 1996 et 2002.

Collier-belge

Quant à l’origine géographique, plusieurs hypothèses audacieuses suggèrent que ce serait des régisseurs belges qui auraient inventé le bidule. Des collègues français – qu’on imagine hilares – auraient appelé ça « collier belge » et l’auraient adopté aussitôt. Le journalisme d’investigation ayant ses limites, nous proposons de nous en tenir à cette rumeur, toute à l’honneur des techniciens locaux.

Mais un …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3373 membres et 1464 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus