14min

Quelques « petits » problèmes dans la plantation

Socfin, palme d’or. Partie 2.

palmier-socfin-sierra-leone

En 2011, Socfin a lancé une plantation dans la chefferie de Malen, au sud-est de la Sierra Leone. Depuis huit ans, un grave conflit foncier sévit entre de nombreux habitants et la société. Sous les palmiers à huile, les conditions de travail sont fustigées, et le processus de location des terres et les promesses qui l’accompagnaient, lourdement remis en question.

Acte 1.

Le poids des tâches

Voici Foday. Il est maigre et son regard donne l’impression de sonder le fond de votre âme. Il a enfoui son corps dans une salopette de travail verte, mais, bientôt, il ira l’enlever, et se reposera, en pensant sans doute à ses illusions perdues. Son visage est taché d’une poussière ocre, soulevée par le camion de la Socfin Agricultural Company (SAC), qui l’a laissé, avec quelques autres travailleurs, au village de Basaleh, chefferie de Malen, district de Pujehun, dans la province du sud de la Sierra Leone. Foday s’est levé vers 4 heures du matin. Il a entamé sa marche vers le quartier général de la SAC, filiale du géant de l’agrobusiness Socfin. Sept kilomètres et demi à fouler la terre battue, entouré d’infinies rangées de palmiers à huile ayant conquis le sol, à perte de vue. Au moindre retard, il risque d’être renvoyé chez lui, sans un leone en poche.

À 6 heures, un supérieur a distribué les tâches. Les cohortes de travailleurs ont filé aux quatre coins des 18 500 hectares de la concession, pour épandre des pesticides, slasher (couper) les plantes autour des palmiers qui pourraient concurrencer leur croissance, récolter les régimes de noix de palme et les ramener au bord des routes. À Malen, la population a plus que doublé entre 2004 et 2015. Près de 50 000 personnes y vivent, de nombreuses attirées d’ailleurs par l’emploi dans la plantation.

carte-sierra-leone

Sierra Leone: 71 740 km. 7,2 millions d'habitants. 184e …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3422 membres et 1669 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus