4min

La piscine oubliée du Résidence Palace

piscine.jpg
Fanny Monier. CC BY-NC-ND.

En plein cœur du quartier européen, au sous-sol du Résidence Palace, j’ai découvert l’existence d’une fascinante piscine inspirée de Pompéi. Officiellement en travaux et fermée au public depuis 2002, elle est aujourd’hui à l’abandon.

Pour comprendre l’histoire de cette piscine désaffectée, il faut d’abord se plonger dans celle de l’immeuble qui l’abrite, le Résidence Palace. Bâtiment Art déco inauguré en 1927, il est l’un des premiers immeubles à appartements de Bruxelles. Le complexe luxueux est le fruit de l’imagination de son promoteur, Lucien Kaisin, et de l’architecte suisse Michel Polak. Cet immeuble moderne était le point de rendez-vous de la haute société bru­xelloise, à laquelle l’aménagement du palace s’est adapté. Ainsi, de nombreux services étaient intégrés à l’enceinte du bâtiment : une galerie marchande, des restaurants, un salon de coiffure, une banque, un théâtre (lui aussi souterrain et aujourd’hui fermé au public) et… une piscine ! Le projet du Résidence Palace représente donc l’édification d’une frontière qui place la classe aristocratique hors (et au-dessus) du monde.

Dès sa construction, le projet aux ambitions monumentales mobilise plus de 1 200 ouvriers, qui bâtissent péniblement sur un terrain meuble cet écrin où les plus privilégiés vont pouvoir briller. Après une décennie d’opulence, le Résidence Palace est occupé par l’Allemagne nazie, qui le réquisitionne en 1940. À la fin de la guerre, le palace est récupéré par l’État belge pour un franc symbolique et sera ensuite investi par les ministères. Alors que le quartier européen commence à se développer à partir des années 1960, l’emplacement du Résidence devient un atout stratégique dont l’État cherchera à tirer profit.

UN PALACE À RENTABILISER

Au début des années 2000, le gouvernement du libéral flamand Guy Verhofstadt crée le Centre de …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3495 membres et 1669 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus