17min

Les seigneurs des Ardennes

tableau-de-chasse
Pierre Liesbaert. CC BY-NC-ND.

La forêt wallonne souffre de ses cerfs et sangliers. Ceux-ci, trop nombreux, la rongent, la dévorent, la déchiquettent. L’administration wallonne voudrait réduire la population de ces bêtes, mais le lobby de la chasse veille.

C’est un monde bizarre. C’est un monde où un type s’arrête de marcher en pleine forêt, et vous prend à témoin : « Regardez-moi ça ! C’est pas croyable ! » Et là où il perçoit des milliers de choses, vous ne voyez que des arbres, sans savoir si c’est positif ou pas…

C’est un monde où un autre type à la peau tannée par une vie des bois et aux paluches grosses comme les cuisses de Lukaku découvre une statue de cerf et s’extasie : « Mon Dieu que c’est beau ! Vas-y. Prends une photo. »

C’est un monde où un autre type (c’est un monde avec beaucoup de types) va tous les soirs, 365 jours par an, en forêt et en famille nourrir « ses » sangliers, comme d’au­tres nourrissent leurs poules.

C’est un monde de passionnés, qu’ils soient chasseurs, marcheurs, naturalistes ou gardes forestiers.

Bienvenue dans la forêt wallonne : 556 200 hectares, 33 % de la superficie de la région, moitié publique, moitié privée.

Cette « cathédrale verte » souffre de ses habitants. Des plus costauds d’entre eux. Sangliers et cervidés. Leur abondance en certains points est considérable et a atteint son paroxysme en 2012. En 35 ans, la population de sangliers avait alors plus que triplé, celle de cerfs avait doublé !

Cette surdensité est un phénomène international, aux explications multifactorielles (changement climatique, pratiques culturales). Mais une minorité de chasseurs, opulents multipropriétaires terriens, ont les moyens d’entretenir, voire de développer une surdensité sur leur …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2779 membres et 1715 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus