7min

Parti pris

duferco-financement-politique
Ronan Deriez. CC BY-NC-ND.

« Je te file 500 euros, tu vires discrètement sur un compte »,
et ainsi on cache qui finance le parti. L’usine Duferco de La Louvière s’est offert une formation politique pour défendre ses intérêts. La justice enquête, l’affaire pèsera encore sur les élections d’octobre.

Le groupe sidérurgique italien Duferco s’est-il assuré les faveurs d’un parti politique ? Les langues se délient aujourd’hui chez certains membres fondateurs de l’Union démocratique socialiste du Centre (UDSC), petite formation de gauche radicale à La Louvière. La police judiciaire a commencé à recueillir leurs témoignages. Voilà qui promet d’animer la campagne menant aux élections communales d’octobre 2018. C’est que l’UDSC, venue de nulle part et avalée entre­-­temps par le Parti socialiste (PS), a bousculé l’échiquier politique, il y a un peu plus de dix ans, et durablement orienté la gestion publique : brutal remplacement d’un bourgmestre socialiste par un autre (le conciliant Jacques Gobert écarte le puriste Willy Taminiaux) et changement d’alliance (le PS remplace le cdH par le MR). Objectif inavoué des nouveaux alliés ? Défendre encore mieux la cause de Duferco et ses mirifiques promesses d’emplois.

Tout se serait joué au sein de l’usine de Duferco La Louvière quelques semaines avant le scrutin communal du 8 octobre 2006. « J’y ai perdu ma confiance en la démocratie », souffle le bourgmestre de l’époque, l’ancien ministre socialiste Willy Taminiaux, qui n’est jamais parvenu à prouver le financement illicite de l’UDSC. Le jour des élections, le nouveau parti créé dans les milieux syndicaux a obtenu suffisamment de voix (2 504) pour forcer ledit Taminiaux à plier bagage et pour faciliter une alliance des extrêmes : le PS et son rival déclaré, l’UDSC, ont embarqué à leurs côtés les libéraux très favorables aux subsides publics octroyés à la pelle …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3136 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus