4min

Non commun

medor11_sexe_annebossuroy.png
Anne Bossuroy. CC BY-NC-ND.

Elle n’a jamais dit « oui ». Elle a même dit plusieurs fois « non ». Mais bien des « non » de femmes valent encore pour des « oui ». Laura témoigne de son expérience de relation sexuelle sans consentement.

Cet épisode particulier de sa vie sexuelle, Laura, 33 ans, ne l’a évoqué qu’une fois.

« C’est seulement dix ans après les faits que j’ai pu mettre les mots “rapport non consenti” sur ce qui s’est passé. » Aujourd’hui, elle qualifie cet acte sexuel de viol et ajoute : « Même si ce n’est pas comme ça qu’on nous le décrit, au final, je pense que c’était une forme de viol. » La veille de l’interview, cette maman d’un petit garçon de 5 ans a expliqué à son compagnon ce qui lui était arrivé.

« À l’époque, j’avais 21 ans, j’étais en Erasmus à Rome. On louait une chambre à deux, avec une copine, dans une colocation. Pendant notre recherche d’appartement, on s’est fait des potes italiens adorables qui nous ont fait découvrir toute la ville. L’université, on y a été, mais seulement un petit peu… » Dans ces sept mois de dolce vita dont Laura dit conserver un souvenir formidable, il y a eu cette histoire. Moche. Et qui, il y a peu, est remontée à la surface.

« Jim, un de nos colocs irlandais, travaillait dans un pub près de la gare de Termini. Mon amie est tombée amoureuse de lui et on finissait nos soirées là-bas. Il y avait un autre barman : Éric, un Belge. Moi j’avais laissé mon amoureux – dont j’étais folle – en Belgique. Ce soir-là, on a retrouvé nos potes au pub. Vers 2-3 heures du matin, Jim et Éric nettoyaient le …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3494 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus