3min

Des uber-correcteurs

medor11-media_copie_1.gif

Espèce menacée, le correcteur de presse quitte peu à peu les salles de rédaction. Ce sont désormais des Français bossant pour des Suisses à 10 euros de l’heure qui traquent les fautes dans certains de nos journaux belges.

« Cher correcteur, après que tu aies relu mon article ni noir, ni blanc, tu as mis à jour mes erreurs non-exhaustives, voire même pallié à mon incurie. Merci à toi. Et pardon d’avoir rassemblé en une phrase tous les cauchemars de la profession : un subjonctif au lieu de l’indicatif, une virgule entre “ni… ni”, un “à” qui balaie le “au”, un trait d’union qui s’incruste, le pléonasme “voire même” et cet impossible “pallier à”… » Ce palmarès des fautes nous a été soufflé par un correcteur – appelons-le Robert – qui les répertorie. Robert travaille pour CopieQualité, société genevoise chez qui IPM (La Libre Belgique, la DH) a externalisé ses services de correction au printemps dernier (Médor vous en parlait dans son dernier numéro). Il y gagne entre 9,5 et 11 euros de l’heure, le tout pour un travail en soirée, à la maison, sans lien direct avec les rédactions. Quand on lui annonce ces tarifs, Romane, correctrice dans la presse périodique depuis quinze ans, reste bouche bée. « Depuis mes débuts, les tarifs dans certains médias ont diminué de moitié ! Mais en dessous de 20 euros de l’heure, quand on est indépendant, on est proche du chômage technique… »

Fondée en 2016, CopieQualité vante son réseau d’une centaine de correcteurs – français pour la plupart – disponibles « 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 » et « passionnés de la langue de Molière ». « Beaucoup de nos correcteurs …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3273 membres et 1692 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus