10min

« La Libre », dernière heure/ l’espoir

media-IPM-LLB
David Evrard. Tous droits réservés.

Transformer un titre de presse papier en un site numérique payant : aussi facile que d’enfiler un tee-shirt moulant de geek à un brontosaure. C’est pourtant le défi auquel sont confrontés les médias traditionnels de la presse écrite. Comme tant d’autres, le groupe IPM (« La Libre Belgique  », « La Dernière Heure  ») mise sur la diversification des ressources : voyage, conciergerie, paris sportifs, achat groupé d’énergie et réseaux d’entreprise. Avec quel impact sur son journal de référence, « La Libre Belgique » ?

Martine Simonis, secrétaire générale de l’Association des journalistes professionnels (AJP), y va cash : « Pour IPM, dans les cinq prochaines années, ça passe ou ça casse. Si on regarde les journalistes salariés, les faux indépendants, la pige payée, les moyens mis à la disposition de la rédaction, tous les voyants sont au rouge. Ils sont à la corde. »

IPM, c’est « Informations & Productions Multimédia ». C’est surtout la boîte de la famille Le Hodey. Et cette boîte contient deux journaux (La Libre Belgique et La Dernière Heure), une radio (DH/Twizz radio) et des participations dans d’autres organes de presse (Paris-Match à 50 %, l’agence Belga, RTL, Libération en France et le Courrier international).

Quand on lui prédit la mise en bière de ses titres de presse, François Le Hodey, administrateur délégué du groupe, esquisse un sourire. « Pour tout le secteur de la presse, les années seront critiques jusqu’à 2024-2026. À ce moment, la presse francophone aura des difficultés à livrer les journaux papier. Dans notre plan, nous devons être prêts, soit à ce que des concurrents arrêtent un journal, soit à ce que nous devions le faire nous-mêmes. » Et d’ajouter, joueur : « Mais La Libre sera probablement le dernier journal à s’arrêter. »

Nécessaire diversité

Les Cassandre du groupe IPM, bien plus nombreuses que la seule Martine Simonis, ont pourtant quelques arguments à fournir.

Face à l’épais groupe Rossel (Le Soir, Le Soir Mag, Sudpresse, L’Écho/Tijd, Vlan, RTL,…), les …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3379 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus