5min

Flower Power

edm_dsc5359.gif
David Evrard. Tous droits réservés.

Les prairies de fleurs sauvages se développent comme des « mauvaises herbes » en Wallonie. Mais dans le micromonde des coquelicots, bleuets et marguerites, les acteurs ne se lancent pas que des fleurs.

Ces dernières années, les prairies de fleurs sauvages ont fait leur apparition dans les aménagements publics : on les retrouve sur les ronds-points, dans les parcs, sur les bords de route ou dans les cimetières… L’usage n’est pas qu’esthétique. Les prairies permettent d’éviter l’utilisation de pesticides, de réhabiliter des écosystèmes ou encore de favoriser la biodiversité. Cette tendance ne semble avoir que des avantages et est encouragée par les pouvoirs publics. Mais tout n’est pas rose dans le monde des fleurs sauvages : conflits d’intérêts et invasions exotiques donneraient à ces plantations un parfum moins bucolique que mercantile.

« Il y a très peu de distributeurs de semences de fleurs indigènes, et encore moins de producteurs en Région wallonne, nous confie un agent des aménagements paysagers à la direction générale opérationnelle Routes et Bâtiments du Service public de Wallonie. Pour tout dire, il n’y a qu’une structure qui produise elle-même et distribue des semences de fleurs sauvages locales : Ecosem, dont Pascal Colomb, qui, à la tête de cette entreprise, dirige aussi une asbl, Ecowal. C’est l’acteur principal d’information et de promotion des prairies de fleurs sauvages en Wallonie, par ailleurs subventionné par la Région pour la multiplication de ce patrimoine de semences, et soutenu aussi par le Service public de Wallonie pour son travail d’encadrement pour le Plan Maya. »

Semences sans appel d’offres …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3417 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus