Nos carpes au bout du fil

L’enfance au téléphone, stress test

famillle.jpg
Sarah Fabre. CC BY-NC-ND.

2012. Nous avons donné à nos enfants un téléphone. 2021. Il s’est transformé en ordinateur. Entraînant les parents dans ce paradoxe : nous n’avons jamais autant désiré des gosses autonomes. Nous ne les avons jamais autant surveillés.

Cet article s’insère dans l’un des volets de notre grande enquête participative sur l’hypersurveillance à la belge.

homepage.jpg

On s’inquiète pour leur bien.

Avouez-le. Notre génération de parents flippe ou… surprotège ses enfants.

Pourquoi ? Avançons deux explications (il doit en y avoir d’autres). Une pure belge et une autre sociétale.

D’abord la belge parce qu’elle va être vite comprise : elle s’appelle Marc Dutroux. Nous sommes marqués au fer rouge par un traumatisme. « La camionnette de Dutroux est entrée dans l’imaginaire collectif », explique Abraham Franssen, sociologue à l’université Saint-Louis. Mais cette figure de l’ogre – propre à toute société, hein, nous n’avons pas le monopole absolu niveau dévoreurs d’enfants – a changé d’aspect : « La nouvelle camionnette de Dutroux, c’est le profil facebook du méchant pervers. »

Ensuite, l’explication sociétale. Nos enfants ne sont plus « rois », ce ne sont plus non plus des forces laborieuses pour le champ. Ce sont des « potentiels cachés » !

Solène Mignon, doctorante à l’université Saint-Louis, étudie le boom du « coaching parental » pour un projet européen (ERC). Et nous explique ce qui a changé :

« On est passé du statut d’enfant roi à celui de l’enfant au cerveau immature, avec la vague des neuro-sciences. L’enfant est désormais vu comme ayant un potentiel caché, sans limite, qu’il conviendrait d’aider à développer. Et c’est sur les parents que pèse de plus en plus plus cette responsabilité éducative. Ils deviennent des guides pour permettre à leur enfant de développer ses compétences et son autonomie. Mais les limites ne sont jamais exposées clairement. Ce …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3272 membres et 1692 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus