6min

Le belge le plus riche s’exile en Suisse

medor-biere-alcool
Lucie Castel. CC BY-NC-SA.

Homme fort d’AB Inbev, le multimilliardaire belge Alexandre Van Damme s’est domicilié cet été en Suisse, ont appris Médor et De Tijd. Comme des documents officiels le recensent, il a quitté la commune de Saint-Gilles et s’est installé à titre principal dans le Vaud, canton suisse très prisé par les milliardaires. Raison invoquée ? L’insécurité en Belgique. L’allégement fiscal serait en prime.

Génie de la politique d’acquisition chez AB InBev (dont il possède de manière indirecte au moins 2,5 % des actions), maître des coulisses du Royal Sporting Club d’Anderlecht (on le présente volontiers comme le futur président), actionnaire entre autres de Jacobs Douwe Egberts, Kraft Heinz et Burger King, Alexandre Van Damme pèserait entre 3 et 8 milliards d’euros. Le montant de sa fortune est proche, voire supérieur à celle d’Albert Frère (estimée à 4,6 milliards de dollars par le magazine américain Forbes).

Le départ de Belgique et la domiciliation en Suisse d’Alexandre Van Damme sont confirmés par plusieurs sources (actes de sociétés, cadastre et administrations locales belge et suisse). Mi-mai 2016, des documents officiels d’AB InBev localisaient encore l’homme fort du houblon à Bruxelles. Mais selon une source, sa décision de partir était déjà prise. Fin août, des médias suisses et Sudpresse mentionnaient une acquisition immobilière du milliardaire. Cette nouvelle propriété, en Suisse, couvre 21 000 m2 dont 780 consacrés à l’habitation. Ses voisins sont le golf de Bonmont et des hectares de forêt, propriété de la localité de Chéserex. L’administration locale a indiqué à Médor et De Tijd que M. Van Damme y était désormais résident à titre principal.

En quittant leur adresse bruxelloise, le milliardaire et son épouse ont aussi largué les amarres de trois structures immobilières ou de conseil financier basées à leur ex-domicile. Il s’agit …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3493 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus