4min

Kazakhgate : des manoeuvres pour saboter la commission d’enquête

medor-chodiev-chandelier-send.jpg
Pieter Fannes. CC BY.

Le “black PR”, vous connaissez ? Cette technique de relations publiques consiste à faire circuler des informations, fausses si nécessaire, avec l’objectif de dénigrer ou de déstabiliser. Avec le kazakhgate, la Belgique devient le terrain de ce genre de manœuvres. Objectif : déstabiliser la commission d’enquête parlementaire. 

“Ablya… qui ?” En juin dernier, Dirk Van der Maelen (SP.A) ne semblait pas connaître l’oligarque kazakh Mukhtar Ablyazov. Tout président de la commission d’enquête sur le kazakhgate qu’il soit, M. Van der Maelen n’avait jamais entendu ce nom. Difficile de lui en faire le reproche : presque jamais auparavant la presse belge n’avait évoqué le sort de ce banquier ambitieux, exilé en Europe pour échapper aux poursuites judiciaires engagées contre lui au Kazakhstan.
Depuis plusieurs mois, pourtant, un rumeur circule dans certains coins reculés du web : Mukhtar Ablyazov aurait pris langue avec M. Van der Maelen, voire avec d’autres députés de la commission d’enquête, pour leur livrer des informations sur le fameux trio kazakh au cœur de l’enquête parlementaire. 

LA PRÉTENDUE “CONNEXION BELGE”

La rumeur est apparue en juillet sur Oligarchs Insider, un nouveau site anglophone prétendant “servir de plateforme à ceux qui en ont assez de l’opulence (des oligarques), qui veulent partager leur propre expérience ou même faire fuiter une information”
En juillet, ce site est le premier à faire état d’une prétendue “connexion belge” de M. Ablyazov. D’après l’article, le banquier serait en contact avec Georges Gilkinet, le député Ecolo qui s’est montré très actif dans la commission kazakhgate. “Il y a une suspicion forte que M. Gilkinet fasse partie du réseau de relations publiques d’Ablyazov”, osait ce site. Interrogé, M. Gilkinet affirmait cet été n’avoir aucune idée de qui était Mukhtar Ablyazov.  
Fin septembre, Oligarchs Insider en a remis une couche en …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3476 abonnés et 1856 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus