10min

Foot : "Ton fils nous appartient !"

stade-national-politique
Éva Le Roi. CC BY-NC-ND.

Comme chaque année à cette période, le mercato démarre dans les coulisses des clubs de foot. Chez les professionnels mais aussi dans les clubs amateurs. Un transfert, c’est l’occasion pour un enfant d’évoluer. Mais certains clubs acquéreurs refusent de payer les "indemnités de formation" aux clubs cédants, et demandent aux parents de payer. Certains doivent débourser jusqu’à plus de 2000€. Des procédés totalement illégaux auxquels le ministre des Sports, Rachid Madrane, a promis de répondre. Mais quand ? Retour sur une affaire de foot qui ne tourne pas rond.

Léon (prénom d’emprunt) a commencé le foot à 6 ans en Under 7 (moins de 7 ans) dans le club régional d’Anderlues. Aujourd’hui, il a 14 ans et joue en U14 dans le club provincial UR La Louvière, un niveau au-dessus du premier. Il s’y sent bien. Il aime beaucoup son coach qui le fait évoluer, s’entraîne trois fois par semaine et fait les matchs le week-end.

Mais, début avril, les parents de Léon reçoivent un courrier surprenant du club d’Anderlues : celui-ci demande que Léon revienne définitivement chez eux ou démissionne, auquel cas le club de La Louvière devra payer une indemnité de formation de l’ordre de 982,4€. A voir si ce dernier sera d’accord de payer. 

L’indemnité de formation est un montant qui représente les frais investis pour la formation de l’enfant par le(s) club(s) cédant(s). Elle intervient au moment où le joueur démissionne d’un club pour s’inscrire dans un nouveau. Règlementairement, l’indemnité de formation doit être payée par le club acquéreur. Ces derniers n’étant pas toujours d’accord, ils demandent aux parents de le faire, ce qui est illégal. 

Léon « appartient » effectivement toujours au club d’Anderlues : il y est toujours affilié. Mais ça fait deux ans qu’il n’y joue plus. Après 5 ans là-bas, le club a accepté de le prêter pour la saison 2016-2017 à l’Olympique Club de Charleroi. Léon y a rencontré son entraîneur actuel. L’an passé, celui-ci est allé à La Louvière. Il a proposé à Léon de le suivre, ce qu’il …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3431 abonnés et 1855 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus