4min

Euro 2016 : de Lyon à Bruxelles, des stades diablement coûteux

terrain_de_foot-stade-national
Éva Le Roi. CC BY-NC-ND.

L’Euro 2016 de football est sur le point d’envahir nos écrans. Les 24 équipes s’affronteront dans une génération de stades rénovés. Partout en France, les enceintes ont été refaites, souvent dans le cadre de partenariats publics-privés coûteux à long-terme pour les finances publiques. En Belgique, on a les yeux rivés vers les Diables, mais on a aussi déjà l’Euro 2020 dans un coin de la tête. Notre pays pourra-t-il lui aussi briller dans quatre ans en accueillant le match d’ouverture dans un stade flambant neuf ? Peut-être mais à quel coût ?

Plus que cinq fois dormir avant le début de l’Euro. Et trois jours supplémentaires à patienter avant de voir s’affronter les diables rouges et la Squadra Azzura dans le magnifique Stade des lumières de Lyon, rénové comme d’autres en vue de cet Euro 2016. L’Olympique lyonnais (OL) se targue d’avoir bâti son nouvel écrin de 60 000 places sans avoir eu recours aux financements publics. Enfin, si l’on excepte une coquette somme de 200 millions d’euros dédiée à l’amélioration des voies d’accès. Les autres stades (Nice, Lille, Marseille, Bordeaux), eux, ont été construits ou rénovés grâce à des partenariats publics-privés (PPP), dont les experts s’accordent à dire qu’ils s’avéreront très coûteux pour les collectivités sur le long-terme. D’autant plus que les clubs peinent à remplir ces enceintes géantes.

En 2013, un rapport parlementaire français lançait pourtant un avertissement aux collectivités locales. Celles-ci « ne doivent surtout pas décider de se doter d’équipements surdimensionnés dans l’atmosphère grisante d’un succès sportif », mais au contraire « procéder à des analyses de risques étayées », prévenaient les rapporteurs, après avoir analysé les dérapages observés dans plusieurs villes de France. Las ! la passion du football et les normes UEFA en évolution constante ont eu raison de ces avertissements.

TOUR DE PASSE-PASSE

En Belgique aussi, le financement des stades fait débat. La scintillante Ghelamco Arena de Gand, saluée par tous comme une réussite architecturale, ne fait plus l’unanimité lorsqu’on évoque les questions de gros sous. Un avocat, Walter Van Steenbrugge, vient même …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3476 abonnés et 1856 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus