11min

Destexhe au service d’un affairiste ?

bannerabeilles.png

Le boss de la firme Semlex, reine du passeport en Afrique, a pu compter sur le soutien du sénateur libéral Alain Destexhe. Et vice-versa.

Mercredi 15 avril 2009, 15h55. Michèle Bauters, la directrice financière de la société anonyme Semlex, spécialisée dans la production et la livraison de passeports biométriques en Afrique, écrit au sénateur MR Alain Destexhe. « Pourriez-vous introduire une demande de carte de séjour pour Madame Ahmed Idriss Zina Wazouna, épouse de chef d’Etat ? Cette dame nous sert d’intermédiaire dans différents contrats au sein des pays africains. »  A priori, Destexhe a autre chose à faire que d’accueillir les bras ouverts l’ex-femme du président tchadien Idriss Déby. Le 7 juin suivant, le parlementaire libéral, ancien secrétaire général de Médecins sans frontières, brigue un mandat de cinq ans au Parlement bruxellois ainsi que sa réélection au Sénat. Il est en pleine campagne électorale. Chez Semlex, on est manifestement au courant. La directrice financière ajoute dans le même mail : « La camionnette demandée à Albert pour votre campagne électorale sera à votre disposition avenue Brugmann, 384, à partir du 17/04 de 9h à 16h. »

Alain Destexhe sera élu avec 7 532 voix, soit le 6e score du MR à Bruxelles. « Albert », c’est Albert Karaziwan. L’administrateur délégué de Semlex Europe, dont le siège social est fixé au 384 de l’avenue bruxelloise. Cet homme d’affaires est réputé pour son culot monstre. « Il est capable de vendre n’importe quoi à n’importe qui », témoigne un ancien partenaire. Mais aujourd’hui, le vent a tourné. Le Parquet fédéral chargé de la grande criminalité a ouvert une enquête judiciaire sur les activités en …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3490 abonnés et 1856 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus