10min

Derrière les couvertures de Médor

bibli-1

Notre solide bibli

Médor fête un quasi-anniversaire : notre média existe depuis trente numéros. L’occasion de revenir sur nos couvertures, leurs intentions, leurs évolutions et de partager quelques secrets de fabrication.

Trente couvertures, trente gueules. Ce qui est certain (car vous nous le faites savoir), c’est qu’elles vous interpellent. Ça tombe bien, c’est ce qu’on cherche. Depuis trente numéros, notre équipe prend des risques, et il paraît que notre magazine ne ressemble à aucun autre.

Les couvertures, comme le reste chez Médor, c’est une histoire collective et des responsabilités tournantes tous les trois mois. À chaque numéro, ça démarre comme ça : les pilotes journalistes présentent le sommaire aux pilotes « iconos » et leur confient le soin de la traduction visuelle. Y a -t-il un sujet qui ressort ? Un concept qu’on veut tester ?

On tranche et les iconos passent commande à des artistes. De là, s’ensuivent des allers-retours : « couv_V2.pdf » suite à une modification de l’illustration, « couv_V5_def » pour différents essais de couleurs et « couv_V8_defdefFINAL » parce que les titres ont été légèrement déplacés.

C’est une expérience riche, mouvementée, cocasse et parfois explosive. Entre les différents corps de métiers qui font Médor, on ne se comprend pas toujours mais on se fait confiance (par exemple, les graphistes parlent de pythons qu’ils scratchent en CMS-FG à merger dans le RGB et les journalistes ne les contredisent jamais).

À chaque confection de la couverture, c’est une nouvelle expérimentation. Seul élément qui n’a jamais été délogé : notre logo. Mais d’où vient-il, d’ailleurs ? La police est une refonte de celle d’anciennes publicités Côte d’Or (parce que la marque belge rime avec Médor, voilà tout). …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2203 abonnés et 1802 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus