9min

Collin et les convoyeurs de la peste

tableau-de-chasse
Pierre Liesbaert. CC BY-NC-ND.

La peste porcine africaine est en Wallonie, avec ses conséquences sanitaires dramatiques. D’après les experts, une centaine de cadavres devraient être découverts dans les prochaines semaines, ce qui ne représentera que 10 % des animaux morts suite au virus. Le pic de l’épidémie serait à prévoir dans six mois. Qui est responsable ? Deux scientifiques mettent en avant les importations de sangliers, étude exclusive à l’appui. Cette catastrophe, annoncée depuis plusieurs années, sera d’autant plus difficile à éradiquer que la densité de sangliers est forte, cela suite à l’attentisme du gouvernement wallon et du ministre de l’Agriculture, René Collin.

Elle a fait un bond remarquable, et la voilà. La peste porcine africaine (PPA) et son virus exterminateur pour les porcins, a sauté des centaines de kilomètres depuis l’Europe de l’Est, lobant l’Allemagne pour atterrir en Wallonie, du côté d’un parking proche d’Etalle. 
La Wallonie copiant les mesures prises en Tchéquie, l’urgence est à la mise en place d’une zone infectée et une zone d’observation couvrant 63 000 hectares dans le sud du pays, zone décidée par l’Union européenne.

Mais une question déboule sur les réseaux sociaux et dans les médias : qui a amené la peste porcine africaine ?
Le facteur humain est indéniable. La transhumance naturelle d’un sanglier malade sur une telle distance est impossible. Restent deux options : soit un humain a amené le virus, soit un humain a amené… un sanglier.

Sur les ondes de La Première (RTBF), Benoit Petit, président du Royal Saint-Hubert Club, précise que le fait qu’un sanglier malade ait été amené par un camion est « impossible ». L’animal mourrait sur le trajet. Arrive alors l’hypothèse du « sandwich polonais ». Soit une denrée alimentaire contaminée venue de l’Est, jetée par un camionneur, denrée que des sangliers auraient retrouvée et mangée. L’explication peut paraître loufoque. Elle ne l’est pas. Selon le Réseau de Surveillance sanitaire de la Faune sauvage en Région wallonne (Université de Liège), le virus est très résistant dans les produits infectés, il survit jusqu’à trois mois dans de la viande réfrigérée.

Alors qu’aucune analyse ADN n’a encore été produite, le …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3046 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus