L’homme aux 100 maisons : la justice donne raison à la Ville de Huy

Marc-Hennau
Serena Vittorini. CC BY-NC-ND.

La saga et le bras de fer entre la Ville de Huy et Marc Hennau, propriétaire de multiples maisons à l’abandon sur la rive gauche hutoise, viennent de connaître un tournant important. Fin décembre, la justice a débouté Marc Hennau qui s’opposait à la saisie du château d’Envoz. Un bien qui va donc être remis en vente publique.

Petit rappel des faits. En novembre, Médor vous avait dressé le portrait de Marc Hennau. Propriétaire de nombreuses maisons laissées à l’abandon dans un quartier de la rive gauche hutoise, il est affublé du surnom « l’homme aux 100 maisons. » Sous sa gestion, le patrimoine familial s’est effrité, au grand désespoir des riverains et de la Ville de Huy, qui a multiplié les actions ces dernières années pour faire cesser la situation.

Après avoir appliqué la taxe communale sur les immeubles vides, débuté une action en cessation contre le propriétaire, la Ville de Huy décidait en septembre 2019 de saisir le château d’Envoz pour récupérer le million d’euros (astreintes et taxes confondues) que Marc Hennau lui devait. Il fallait attendre l’annonce de la vente publique pour voir enfin le propriétaire réagir. Partisan, jusque là, de la politique de la chaise vide (pour les convocations de la Ville et de la Police) le propriétaire déposait un recours en urgence pour annuler la vente. Sans succès, fin décembre le couperet est tombé. « Le jugement a été prononcé et a débouté Marc Hennau de son opposition à saisie, l’estimant irrecevable, explique Xavier Mercier, avocat de la Ville de Huy. Il n’y a pas d’appel possible dans ce type de procédure. La vente publique va donc se poursuivre. »

Une vente qui soulève des questions et même des inquiétudes pour les locataires actuels du Château d’Envoz. «  Ce sont des logements très modestes, on redirige les gens avec de faibles moyens là-bas …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3235 membres et 1309 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus