Dernières impressions

Le regard subjectif de l’équipe de Médor, après une semaine à Huy

51.jpg
Serena Vittorini. CC BY-NC-ND.

Entre les toxs, les maisons murées, les sorties photos dans les ruelles de Statte et l’incontournable Grand-Place, l’équipe de Médor a franchi à de nombreuses reprises les ponts qui semblent si souvent oubliés en vallée mosane. Et a cherché des informations qu’on ne voulait pas toujours lui donner !

Dimanche 3 novembre.

En face de l’hôtel du Fort, établissement au charme suranné, croisement entre Twins Peaks et Shining, les Médoriens Serena et Esteban sortent prendre des photos du côté des tours Batta. Il est minuit. Un bruit sourd du bosquet voisin. Une lumière s’allume dans les branchages. Il y a quelqu’un dans le buisson ! C’est normal, ça, à Huy ?

Le lendemain, 7 heures du matin. Au même endroit, policiers, ambulanciers et pompiers s’affairent. Une voiture a été jetée dans le fleuve. C’est normal, ça, à Huy ?

Merci pour ton accueil, Huy. Tu sais mettre les formes. C’est un peu moins vrai pour les autorités communales.

17.jpg
Serena Vittorini. CC BY-NC-ND

Ville de contradictions

Ils ont hésité, à la Ville. D’un côté on se moque un peu de Médor. Trop petit, trop insignifiant. De l’autre, on s’inquiète un peu de Médor. Le média déterre quand même des infos, provoque des questions parlementaires suite à la visite à La Louvière.

Alors ils ont décidé à jouer au yo yo. Communication minimale et parcellaire, bourgmestre volontaire et informations manquantes (« non non, on n’a pas de chiffres  »).

C’est tout Huy, ça. La contradiction permanente. Parler de transparence et vivre dans l’obscurité. Vendre une carte postale et regarder le nombre de ses RIS exploser en six ans. Parler cohésion sociale et rêver d’un rayonnement international. Voter « Huy, commune hospitalière » et renforcer les contrôles policiers. Entendre dire « qu’il ne se passe jamais rien à Huy » et assister …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3193 membres et 1377 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus