12min

Maraîchers asséchés

rough1.jpg
Thomas Hayman. CC BY-NC-ND.

Des ruisseaux à sec, des cultures qui dépérissent. La Flandre occidentale, potager de l’ouest de l’Europe, est en première ligne d’un changement climatique aux effets beaucoup plus rapides que prévu. De Standaard a visité ces zones agricoles malmenées en août 2020.

Quand au printemps dernier, pour la quatrième année de suite, la pluie leur a fait faux bond, Davy Vanneste a su que les agriculteurs de Flandre occidentale étaient face à un problème considérable. Ce jeune maraîcher de Staden (entre Dixmude et Roulers) est contractuel pour le secteur de la transformation, cultive par tonnes la pomme de terre, le haricot, le chou-fleur, le poireau et l’épinard sur quelque 140 hectares.

Il fait 31 degrés, une chaleur accablante pèse sur les champs. Cinq hectares de haricots viennent d’être récoltés. Davy racle du pied la surface de la terre, soulevant une vague de poussière. « Un bac à sable, peste-t-il. La récolte a été près d’un tiers en deçà de la normale. Le chou-fleur n’a pas bien donné non plus. Sur les parcelles que je loue quelques villages plus loin, les pommes de terre dépérissent. »

Staden se trouve au cœur de la région maraîchère de Flandre occidentale, considérée comme le potager de l’Europe occidentale. Ici, les champs de poireaux, de choux-fleurs et de pommes de terre s’étendent à perte de vue. Mais un seul coup d’œil aux cultures suffit. Les choux ont un teint bleuâtre plutôt que vert chartreuse. Les feuilles des pommes de terre et des betteraves sucrières pendent à moitié flétries au sol.

Revenus coupés en deux

À vingt kilomètres de là, à Lo-Reninge, le cultivateur Karel Devreese montre les effets des conditions climatiques extrêmes sur sa production. « Les épis de maïs ont cessé de croître au printemps. …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3313 membres et 1682 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus