4min

Bêtes de sexe

IMG_5836.jpeg
Jinhee Han. CC BY-NC-ND.

À l’ère de l’insémination artificielle et de l’élevage intensif, les bovins peuvent-ils encore rêver de tendresse ? Guy Poirrier, « fermier traditionnel » selon ses termes, gère 240 bêtes. Et leur sexualité.

La voiture dévale le chemin de terre qui sépare les pâturages. Juste avant d’entamer le tournant, elle freine sec. « Je crois que j’ai vu quelque chose », dit Guy Poirrier. Le fermier repart en marche arrière et s’arrête quelques mètres en amont. Dans le champ, huit vaches semblent ruminer paisiblement – rien d’anormal à Roy, village ardennais d’une centaine de maisons encerclé par les champs. Mais à mieux y regarder, l’une des bêtes est nettement plus massive que les autres. Colosse callipyge au cou puissant et aux muscles noueux : il s’agit d’un taureau blanc-bleu belge (BBB). Et ce que Guy vient de remarquer est que le géant colle au train d’une femelle. « Pour arriver à la sauter – enfin “sauter”, tu comprends ce que je veux dire hein, c’est les termes qu’on utilise, précise-t-il –, le taureau traîne presque 24 heures autour de la vache. Ils se suivent, ils se frottent, il la renifle… Ils draguent, quoi ! »

En tant qu’éleveur de bovins depuis 32 ans, Guy consacre une part essentielle de son travail à rester attentif aux signes de flirt entre ses bêtes. Il explique que ce petit jeu dure généralement un ou deux jours, tous les 21 jours, soit la durée du cycle menstruel des vaches. « Quand les vaches “chassent”, elles le montrent ! » Les premiers indices visibles sont les changements comportementaux. « Elles tournent leurs oreilles vers l’avant, sont agitées et gueulent, alors qu’elles sont d’habitude très calmes. » Mais le signe le plus évident, c’est quand les vaches se chevauchent …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3356 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus