11min

Au nom du fils

HassanJarfi01Small.jpg
Nicolas Lambert/Studio Baxton. Tous droits réservés.

En 2012, son fils Ishane (32 ans) a été torturé et mis à mort par trois individus qui voulaient « donner une leçon » à un homo. Ancien professeur de religion islamique, Hassan Jarfi décide alors de porter le flambeau de la tolérance, pour ce fils disparu. Il est aujourd’hui l’un des porte-parole de la lutte contre l’homophobie en Belgique.

Né en 1953 au Maroc d’un père berbère et d’une mère arabe, Hassan Jarfi arrive en Belgique à 21 ans. Il se marie avec Nancy, une Liégeoise, avec qui il aura cinq enfants. Ihsane était l’aîné. « Depuis qu’il était tout petit, Ihsane était efféminé. À l’école gardienne, on l’appelait Natacha. Il essayait les chaussures de sa maman, faisait pipi comme les filles, raconte Hassan Jarfi. J’ai prié pour qu’il ne devienne pas homosexuel. Je l’ai inscrit au foot, au karaté. C’était mon premier fils. Il fallait faire de lui un homme qui sache se battre, défendre l’honneur de la famille. »

Hassan se souvient de vacances d’été au Maroc. « On est en train de déjeuner avec mon frère et ses enfants. Ihsane, 13 ans, lance des blagues qui font rire ses cousins. À un moment, il a une gestuelle efféminée. Mon frère frappe la table de sa main et s’exclame “qu’est-ce que c’est que cette crasse ?” Il se lève et part. Ihsane devient tout rouge. Il a compris. Moi, j’ai de la peine, mais je ne veux pas créer de scandale. »

Ihsane grandit. Et vit son homosexualité, sans que ce ne soit discuté en famille. « Ihsane ne m’a jamais dit “papa, je suis homosexuel” ou “je vis avec Bertrand”. Je le conduisais dans la maison qu’ils avaient achetée avec …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2745 membres et 1394 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus