4min

L’eau flamande (é)puisée du canal Albert

canal_albert-1-correction.jpeg
Bihua Yang. CC BY-NC-ND.

La Flandre crève de soif : ses réserves d’eau sont presque à sec. À la recherche de la moindre goutte d’eau potable, elle prélève de plus en plus dans le canal Albert. Confrontée au changement climatique, pourra-t-elle continuer à pomper l’eau sans saborder la navigation fluviale ?

Casque de chantier blanc sur la tête, Chris serre les boulons d’une nouvelle pompe à l’écluse de Diepenbeek (Limbourg) sur le canal Albert, qui relie le port de Liège, sur la Meuse, à celui d’Anvers. Le bruit fracassant des machines contraste avec la quiétude de l’eau. De Vlaamse Waterweg, l’autorité qui gère les cours d’eau en Flandre, travaille dans les écluses et tente de réduire le gaspillage de cette précieuse denrée.

Chaque goutte d’or bleu compte dans le nord du pays. La Flandre est la seule région d’Europe occidentale à être en « pénurie hydrique extrême », selon des chercheurs du World Resources Institute de Washington. Leur constat inquiète : dans une grande partie de la zone entre l’Escaut et le sillon Sambre-et-Meuse, l’agriculture irriguée, les industries et les communes utilisent en moyenne chaque année plus de 80 % des réserves disponibles.

La Flandre a même dû enclencher le code orange ces deux derniers étés à cause des vagues de sécheresse. Les particuliers ne pouvaient plus laver leur voiture ou arroser leur pelouse. Finis l’arrosage des parcs ainsi que le remplissage des piscines.

Transferts Sud-Nord

Contrairement à la Wallonie, la Flandre dépend fortement des eaux de surface comme les rivières pour son approvisionnement en eau. En 1955, le canal Albert est devenu une source d’eau potable pour les Anversois alors que l’objectif premier de sa construction était de transporter du charbon venu du Limbourg, où les mines tournaient à plein régime, vers le port d’Anvers.

Pendant 74 ans, la compagnie …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3373 membres et 1464 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus