14min

Semlex au pays de l’or noir

avec droit de réponse de M. Abass Haïdara Cherif

bannerabeilles.png

L’un des plus grands négociants de pétrole au monde s’est tourné vers une société belge spécialisée dans les passeports pour soudoyer des officiels africains et accéder à leurs champs pétroliers. Mais un employé a avoué le paiement de commissions secrètes pour faire couler l’or noir.

En 2006, le milliardaire suédois Torbjörn Törnqvist cherchait désespérément une nouvelle source de pétrole. En tant que directeur général de Gunvor, un géant du négoce de brut qu’il avait créé avec Gennady Timchenko, l’allié de Poutine, Törnqvist avait des raisons de craindre que les relations de plus en plus tendues entre la Russie et les États-Unis finiraient par couper la principale source de pétrole de son entreprise. Le Congo-Brazzaville, en Afrique centrale, semblait être une solution alternative. Ce pays était sur le point d’ouvrir le champ pétrolier de Moho-Bilondo, son premier réservoir en eaux profondes.  

Pour s’y implanter, Törnqvist s’est tourné vers un natif du Congo-Brazzaville, Maxime Gandzion, ancien cadre du pétrolier français Total, puis conseiller spécial du président congolais Denis Sassou-Nguesso. Utilisant cette position dominante, Gandzion a ouvert la voie à un accord lucratif pour Gunvor. Entre 2010 et 2012, la société a engrangé des revenus d’environ 2,2 milliards de dollars sur 22 cargos achetés au Congo-Brazzaville. Sur une seule année, en 2011, plus de 20 % des bénéfices mondiaux de l’entreprise – 327,9 millions de dollars – provenaient directement de ce petit pays appauvri.

Souci : l’opération n’a pu se conformer aux lois congolaises. Les cargos ont été achetés sans appel d’offres public, ce qui est illégal selon la loi en vigueur dans ce pays. En outre, ceci a été possible grâce à des paiements à des officiels gouvernementaux, découlant des revenus pétroliers et des frais gonflés que Gunvor facturait à la compagnie pétrolière nationale, selon une analyse …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3272 membres et 1673 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus