4min

« Dans le magasin, vous m’appartenez. »

Les menaces d’un franchisé Delhaize

En quelques jours à peine, le repreneur d’une franchise Delhaize sème la terreur parmi ses employés. L’entreprise Delhaize estime ne pas devoir intervenir entre ce gérant et l’ancien staff du Lion. Pour le syndicat CNE, la situation incarne les dérives annoncées du système de franchise.

Depuis le 5 avril 2024, A.S. est le repreneur franchisé du Delhaize Karreveld (Molenbeek-Saint-Jean) avec son partenaire F.K. Autoritaire, l’homme qui s’auto-proclame « Dieu » (car selon lui il entend tout et sait tout) multiplie les réunions pour recadrer son personnel.

Ce 19 avril, il prend la parole devant une vingtaine de personnes employées.

Médor et la cellule #Investigation de la RTBF ont entendu l’enregistrement de cette prise de parole qui dure quatre minutes et nous le mettons à disposition ici :

Le nouveau gérant annonce tout de suite la couleur :

« Au moment où vous êtes dans le magasin, (…) vous m’appartenez. Et vous suivez mes règles. (…) J’ai du mal à mettre douze personnes le soir. Entre les pseudo-malades, et vous pouvez le répéter, les pseudo-malades, les restrictions, les congés, les roulements, les jours d’inactivité, je fais quoi ? Est-ce que je ramène encore des étudiants ? Pas de problème. Est-ce que vous êtes tous prêts à diminuer vos salaires ? »

Ce Delhaize Karreveld est la deuxième reprise de magasin de A.S. Quelques mois auparavant, A.S. est devenu gérant du Delhaize Theodor (Jette) qui a rouvert ses portes le mardi 30 janvier. Il explique la façon dont il a l’intention de respecter les horaires, protégés par la convention 32bis.

« Au Delhaize Theodor, 60 jours, je les ai laissés faire. 60 jours, ils se sont amusés avec les horaires. Et bien après le 61ème jour, monsieur S. (il se cite, Ndlr) a eu une réunion, il a dit : ‘dorénavant, je fais …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3588 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus