9min

Carrefour, le prix insoutenable de la franchise

carrefour 35
Kevin Cocquio. CC BY-NC-SA.

Le groupe Carrefour veut ouvrir 2400 magasins dans le monde d’ici 2026. Sa stratégie ? Les franchises, à savoir une appartenance à la marque mais une gestion autonome. En Belgique, la pression sur les prix est telle que des magasins franchisés achètent leurs fournitures… chez les concurrents.

Dans un Carrefour à Bruxelles. Un membre du personnel explique les trois types de produits présents dans le magasin :

  • Il y a les « D », livrés en direct par le fournisseur (Coca-Cola, par exemple) mais facturés via Carrefour.
  • Les « C », livrés et facturés par Carrefour via la centrale. Parmi ces produits « C », se trouve la marque propre du Groupe (dite MDD – marque de distributeur). Cette dernière représentera 40 % du chiffre d’affaires alimentaire en 2026 (contre 33 % en 2022), si l’on en croit le « Nouveau plan stratégique Carrefour 2026 ».
  • Et enfin les « L », les locaux. Ce sont les produits du coin (max 5 % de l’assortiment), mais aussi des produits « C » au prix modifié. Par exemple, passer un prix central de 43 à 45 cents en fait un prix local. Le Groupe n’est pas fan de ce genre d’opérations, qui rendent le produit moins attractif.

Il y a pourtant un quatrième type de produits dans les rayons. Notre guide pointe un produit laitier dans un rayon. « Tu vois cette bouteille ? Et bien j’ai été l’acheter au Colruyt. » Des produits d’une enseigne de la grande distribution vendus dans une autre, mais quel intérêt ? Le prix. Ceux imposés par la centrale d’achat du groupe Carrefour seraient bien trop élevés. « Un exemple ? Les Pringles sont à 2,07 euros à la Centrale. Je les achète ailleurs à 1,20. Ils ne sont pas au courant de tout. On a …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3588 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus