15min

L’usine à gaz

Anvers

medor_doublepage_pennsylvanie.jpg
Margaux Dinam. CC BY-NC-SA.

C’est la fierté de la majorité anversoise : Ineos, entreprise britannique, compte investir trois milliards d’euros pour bâtir deux usines pétrochimiques sur le port. L’idée : convoyer des tonnes de gaz de schiste américain jusqu’à Anvers, pour le transformer en plastique. Ce projet fou, soutenu à bout de bras par la N-VA, mine les engagements européens de réduction des gaz à effet de serre, jugent ONG et experts du climat. D’un lac aux États-Unis au port d’Anvers, en passant par les Pays-Bas, Médor vous retrace l’histoire déroutante du « Project One ».

Bandana rouge sur la tête. Bras tatoués. Christina DiGiulio fait vibrer sa Harley-Davidson dans les vallons de Pennsylvanie. Elle parcourt le comté de Chester, non loin de Philadelphie, à la recherche des traces de la pollution engendrée par la construction de gazoducs – appelés Mariner East 2 et 2X – par l’entreprise Sunoco, et sa maison mère, Energy Transfer. La jeune femme, surnommée « PK », est une ancienne chimiste de l’armée américaine. « Avec mes bases scientifiques, j’essaye d’outiller les gens pour qu’ils protègent leurs arrières et qu’ils se sentent moins seuls. » Le long des rivières et des zones humides qui zèbrent l’État, elle prélève des échantillons d’eau et de terre. Grâce à son drone, PK filme les déversements accidentels de liquide de forage, les glissements de terrain, les gouffres engendrés par les travaux.

Son terrain de jeu favori, c’est le « Marsh Creek Lake ». Une vaste étendue d’eau au fond d’une vallée douillette, entre les platanes et les érables. Au bord du lac, PK presse son pied sur la terre humide. Une boue grisâtre comme du mastic semble s’extraire des rivages et colle à sa chaussure. « Je suis sûre que c’est de la bentonite, ils ont laissé ça s’écouler dans le lac », mâchonne-t-elle, évoquant cette sorte d’argile industrielle que les constructeurs mélangent à de l’eau et à des additifs chimiques, un cocktail utilisé lors des opérations de forage sous-terrain pour les gazoducs.

Le 10 août 2020, un incident majeur a eu lieu. 30 900 litres de ce fluide de forage se sont …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3379 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus