Médor n°2

Éditorial
Entre vos mains
Lundi 22 février 2016, 2h28. Si tout va bien, dans dix-huit jours, Médor sera entre vos mains. La sortie du numéro un a été mythique, façon supplice de Tantale, avec un procès à la clé. Ce numéro deux, comme notre premier opus, est né d’un accouchement en pleine brousse sans péridurale. Mais surtout, il tente, une nouvelle fois, de faire le pari du «journalisme critique», comme disait feu Umberto Eco.
Dans le Médor n°2 sur les pages 1–2 et également disponible en ligne .
Trait belge
Le dessous des cases
Ludi Loiseau
En conversion douce vers le numérique, la carte de pointage papier sera bientôt un collector de notre patrimoine graphique. Impressionnée par la force stable de son design, une naïve graphiste de Médor a tenté de retrouver son auteur(e). Un secret aussi bien gardé que les recettes graphiques de sa mise en page.
Dans le Médor n°2 sur la page 3 .
Le sexe de Médor
Les aides du désir
Chloé Andries
Sophie est «assistante sexuelle». Trois fois par mois, sans aucun statut reconnu, elle passe une heure auprès d’un handicapé, physique ou mental, le temps de jeux érotiques, de massages, parfois de pénétration. Un moment qu’elle qualifie d’«intime, fort et libre».
Dans le Médor n°2 sur les pages 6–8 .
Récit
Djihad express
Par Philippe Engels. Illustrations: Jangojim
À 19 ans, Sabri Refla avait la vie devant lui. Pourtant, il est parti combattre en Syrie et y est mort fin 2013. Derrière cette trajectoire se tapit une filière de recrutement bien huilée dont le procès a débuté à la mi-février : celle qui a radicalisé Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh, deux terroristes morts dans les attentats de Paris.
Dans le Médor n°2 sur les pages 10–18 .
L’infortune des mots
«Ce pays est foutu!»
Luc Delfosse
La N-VA a donc relancé la chaudière communautaire annonçant l’indépendance de la Flandre dans une grosse décennie. Larguez les amarres? Pas sûr du tout, pour autant que l’on porte aux politiques le coup qu’ils redoutent le plus au monde: faire… sans eux.
Dans le Médor n°2 sur les pages 20–21 .
Moment flamand
Quand Electrabel faisait du business avec Cosa Nostra
Par Raf Sauviller
Traduction : Thomas Lecloux
Pour se fournir en électricité verte, Electrabel s’est associée en 2008 avec l’homme de paille de Matteo Messina Denaro, le parrain de la mafia sicilienne Cosa Nostra en cavale depuis 1993. Ces révélations, publiées en janvier 2016 par le site d’informa­tion flamand Apache.be, n’ont reçu aucun écho dans la presse belge. Médor les a vérifiées, recoupées et traduites en français: oui, pendant deux ans au moins, le leader du marché de l’énergie en Belgique a frayé avec la mafia sicilienne. Et les éminents dirigeants, administrateurs et réviseurs d’Electrabel n’ont rien fait pour s’y opposer.
Dans le Médor n°2 sur les pages 22–29 .
Lobbycratie
Des «mauvaises herbes» ou un bon cancer?
Martin Pigeon
Vendu sous le nom de Roundup par le géant Monsanto, le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé au monde. En mars 2015, il est jugé «cancérogène probable» par l’OMS. Mais huit mois plus tard, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) affirme le contraire (...)
Dans le Médor n°2 sur les pages 30–32 et également disponible en ligne .
Enquête
La maculée conception
Par Céline Gautier
Illustrations: Dina Kathelyn
La Belgique ne trouve pas assez de donneuses d’ovules pour répondre à la demande croissante des femmes infertiles. Heureusement, il y a l’Espagne et sa « solidarité féminine ». Sur fond de crise économique, de jeunes Espagnoles se soumettent à des stimulations hormonales pour « donner » leurs ovules à des cliniques privées. Compensation pour ce geste jamais anodin : 1.000 euros. Derrière un masque d’œuvre de bienfaisance, la procréation sans frontières cache des intérêts économiques faramineux.
Dans le Médor n°2 sur les pages 34–48 .
Enquête
Le document qui accable Mithra
David Leloup
La société pharmaceutique Mithra, lors de son litige avec Médor, a produit devant le tribunal de première instance de Namur un document censé prouver qu’elle ne devait pas déclarer un risque financier à la FSMA, le gendarme de la Bourse. Or ce document tend à démontrer exactement l’inverse.
Dans le Médor n°2 sur les pages 49–51 .
Enquête
Le carnaval des multinationales
Par David Leloup. Illustrations: Thierry Jaspart
C’est l’histoire d’un incroyable retournement de veste. Celle d’un pionnier de l’écologie européenne reconverti en lobbyiste œuvrant pour la très polluante industrie du ciment. Celle d’un lampiste qui a distribué à des fonctionnaires, entre 1998 et 2008, près d’un million d’euros dans des enveloppes afin de leur soutirer des informations confidentiel­les pour ses clients industriels. Combien sont-ils, comme lui, dans l’ombre, au service des multinationales?
Dans le Médor n°2 sur les pages 52–61 .
Médor à colorier
Médor à colorier
Yves Prévaux
Dans le Médor n°2 sur les pages 62–63 .
L’enquêteke
Vie et mort d’un sanglier
Céline Gautier
Pendant près de 30 ans, un curieux sanglier flanqué du slogan «Une ardeur d’avance» annonçait aux automobilistes leur entrée dans le Luxembourg belge. Jusqu’au jour où Arlon, chef-lieu provincial, en a fait du saucisson. L’animal était né à Anvers en 1985.
Dans le Médor n°2 sur la page 64 .
Le légume et le bitume
Dans le Médor n°2 sur les pages 65–77 .
Étude du milieu
Ces morts qui nous empoisonnent
Isabelle Masson-Loodts
Nos cimetières, saturés, débordent littéralement de corps qui ne se dégradent plus aussi vite qu’autrefois, à cause du «progrès». Ces dépouilles rejettent alors davantage de substances polluantes dans le sol. De vraies bombes funèbres!
Dans le Médor n°2 sur les pages 78–79 .
Entretien
L’insoumise
Par Quentin Noirfalisse et David Leloup
Dans le Médor n°2 sur les pages 80–87 .
Photo
Rex en Technicolor
Médor a mis la main sur plusieurs centaines de photos inédites du mouvement rexiste, créé par Léon Degrelle. Colorisés, ces clichés pris juste avant et pendant la guerre 1940-45 nous plongent dans les entrailles d’un des derniers tabous belges: celui de la collaboration francophone avec l’Allemagne nazie.
Dans le Médor n°2 sur les pages 88–104 .
Fulguro-Point
Les artisans hédonistes du dancefloor
Serge Coosemans
Ils ont pour pseudos Jimi After et Maurizio Athome, vivent à Bruxelles, ont la quarantaine et produisent de la musique électronique pour danser. Reconnus internationalement, ils ne vivent pourtant pas de leur art. Rencontre faussement désabusée, en fait pleine d’enthousiasme contemporain.
Dans le Médor n°2 sur les pages 106–107 .
Portrait
Un ambassadeur de très bonne volonté
Par Amélie Mouton
Photos: Colin Delfosse
Le «père» des plantes génétiquement modifiées est Belge. Et il a transformé sa ville, Gand, en centre européen des biotechnologies. À 82 ans, l’infatigable Marc Van Montagu continue d’arpenter le globe pour promouvoir les OGM, solution selon lui au changement climatique et à la faim dans le monde. Son parcours symbolise à outrance l’emprise croissante de l’industrie sur la recherche publique au cours du dernier quart de siècle.
Dans le Médor n°2 sur les pages 108–117 .
Petite data
En été, des bébés comme il vous plaît
Joël Matriche
Dans le Médor n°2 sur les pages 118–119 .
Aire libre
Les images médicales brisent leurs chaînes
Quentin Noirfalisse
Contrôlée par des géants capitalistes, l’imagerie médicale, essentielle aux soins de santé, s’ouvre au logiciel et au matériel libres. La preuve avec Orthanc, logiciel belge primé, et echOpen, un échographe portatif qui pourrait profiter aux pays du Sud.
Dans le Médor n°2 sur les pages 121–122 .
Meta
«Mike, je viens d’avoir le recteur au téléphone»
Mike Pops
Il a travaillé pendant neuf mois à la rédaction de Médor. À ses risques et périls. Pour la première fois, Mike révèle les pressions exercées par les deux fondateurs de Mithra sur son recteur et ses professeurs.
Dans le Médor n°2 sur les pages 124–125 .
Le nombril de Médor
L’heure du micro-ondes
Médor, c’est avant tout une histoire collective, un projet horizontal à hiérarchie tournante, réalisé à 19 personnes avec des logiciels libres… Du coup, Médor, c’est aussi une histoire drôle.
Dans le Médor n°2 sur les pages 126–127 .