Trait belge Nos territoires graphiques

Les à-côtés de la plaque

Cet été, vous avez peut-être demandé à vos enfants de compter le nombre de plaques belges sur l’autoroute des vacances. Aujourd’hui, c’est votre jour de chance : vous allez apprendre combien a payé l’heureux propriétaire de l’immatriculation 17-Milou et pourquoi nos plaques font de nous des êtres uniques en Europe.

S’il avait lu quelque chose là-dessus, il s’en souviendrait. Mais ce n’est pas le cas. Alain Dupont va fouiller dans ses archives mais ne trouvera rien. Comment expliquer ce « rouge » sur fond blanc ? L’homme était pourtant bien placé pour nous répondre : il collectionne les plaques d’immatriculation belges, loisir parfois coûteux, et scrute leurs reliefs historiques depuis qu’une loi sur la police de roulage a obligé les usagers du bitume et de la terre battue à en apposer une sur leurs véhicules. C’était en 1899, âge de l’émail, quand les plaques étaient noir...