Le sexe de Médor Cul, intimité et galipettes

Handicapées et stérilisées

Monique est maman. Elle est aussi déficiente mentale. Après la naissance de sa fille, Monique a été stérilisée de force. En comprenant que l’opération était définitive, elle a failli perdre le goût de vivre. Mais Monique en a vu d’autres. Et raconte.

Elle préfère qu’on dise « personne avec une déficience mentale » plutôt que « handicapée ». « Ce mot-là, on me le jette à la figure depuis que je suis gamine et c’est devenu une insulte. » Monique fait partie du mouvement Personne d’abord, une association d’entraide, d’autoreprésentation et d’autodéfense des droits de la personne qui présente une déficience intellectuelle.

À 56 ans, elle a un compagnon et une maison qu’elle partage avec sa grande fille. La maison a été construite dans le jardin de ses parents. L’endroit où elle a toujours vécu. « Dès l’âge de 13...