L’enquêteke Quand Médor indague sur un détail-farce du quotidien

N-VA et Proximus. Infiniment proches

À l’approche des élections, la N-VA vient de s’offrir un relooking. Tiens donc, sa nouvelle signature visuelle est « infiniment proche » de celle de... Proximus. Plagiat éhonté ou coïncidence ? Bienvenue dans l’univers de la com symbolique.

 

Ludwick Hernandez CC BY-NC-ND

 

Dans la course aux communa­les, la N-VA se la joue « proximité ». Sur ses prospectus, affiches et bus de tournée, des lignes jaunes s’emmêlent pour former des symboles : une poignée de main, un cœur, des verres qui trinquent. Une façon de représenter « le lien entre les gens », explique leur porte-parole Anne-Laure Mouligneaux. Une déclaration si touchante éclipserait pres­que la vague impression de « déjà-vu » qui nous trotte en tête.

 

Ces lignes qui s’assouplissent pour devenir des formes... Où a-t-on vu ça, déjà ? Sur notre dernière facture téléphonique, pardi ! Ces « nouvelles » lignes sont celles de l’opérateur de télécoms Proximus... depuis 2014. Ici encore, c’est la solidarité, la proximité, la connexion qui sont célébrées, comme l’expliquait alors son administratrice déléguée, Dominique Leroy. Droite nationaliste identitaire et télécoms prôneraient toutes deux un monde plus humain et uni ? Voilà qui serait trop beau.

Ligne de protection

« La ligne peut aussi représenter une démarcation entre ce que nous défendons et ne défendons pas, ainsi qu’une ligne de protection », n’oublie pas d’avertir Anne-Laure Mouligneaux. Elle ne précisera pas de quoi cette ligne nous protège. Essayons de deviner, en ouvrant le prospectus : sécurité et identité, voilà les maîtres mots du programme N-VA pour les communales. Ambiance.

Mais alors, plagiat ? Si la porte-parole concède certaines ressemblances, pour elle, pas de quoi fouetter un chat : « Une ligne est une ligne. » Pourtant, selon Nicolas Baygert, docteur en communication politique, « la ressemblance ne relève sûrement pas du hasard ». La réutilisation d’une image de marque pourrait « n’être qu’une simple inspiration ou la volonté d’immerger les électeurs dans un environnement visuel connu et rassurant ».

Côté Proximus, on avait bien noté les similitudes dès le mois d’avril. Que la politique (et pas n’importe laquelle) flirte avec leurs codes ne semble pourtant pas inquiéter son porte-parole, Haroun Fenaux : « La N-VA n’est pas un concurrent » et les électeurs sauront faire la différence. Aucune action en justice n’est donc envisagée pour le moment. Décidément, ces fameuses lignes nous rappro­chent tous.