Récit

Les larmes du Rif

Depuis octobre 2016, la diaspora marocaine en Belgique s’organise pour soutenir le Hirak du Rif, un mouvement social complètement réprimé au Maroc. Dans ce combat à distance, Hayat et Mohamed se sont rencontrés, aimés, mariés. À deux, ils ont aussi goûté aux divisions et coups bas de la face belge du Hirak. Récit d’une militance, entre espoir et amertume.

 

26 juin 2018 Dans leur salon de jeunes mariés, cocon rose et molletonné au centre de Bruxelles, Hayat Abirkane et Mohamed Aadel ont les yeux rivés sur leur téléphone. L’annonce vient de tomber. Après neuf mois de procès, la cour d’appel de Casablanca condamne 53 militants du mouvement citoyen « Hirak », né dans le Rif, au nord du Maroc. Nasser Zefzafi, visage de la contestation, écope de vingt ans de prison ferme pour « complot visant à porter atteinte à la sécurité de l’État ».

Pour la première fois, Hayat voit son mari pleurer. À 33 ans, Mohamed en paraît...