Nouvelles de Médor

Médor #12, la chasse aux tabous

 

Ce nouveau numéro, en librairie dès le 5 septembre, s’attaque à quelques tabous de notre société : l’alcool au travail (chez les médecins et les policiers), la puissance d’un lobby ardennais, la concertation dans le secteur culturel, le salafisme ou la parentalité chez les handicapés. L’édito quant à lui dévoile un autre sujet houleux, touchant le secteur médiatique cette fois-ci : la diversité au sein des rédactions.
 

Médor fait partie, comme tant d’autres, des médias aux rédactions trop homogènes. Le reconnaître explicitement est un premier pas. Nous avons déjà progressé sur la question de la parité de genre (lire l’édito du numéro 7). Le défi à relever est important. La diversité ne doit pas consister à faire écrire des Maghrébins sur Molenbeek ou des handicapés sur le handicap, mais bien à collaborer avec des journalistes de tous horizons, origines, âges, background social,... sur tous les sujets. Et veiller à la façon dont on aborde la diversité dans notre traitement de l’info.
 

Médor œuvre à devenir une rédaction « trait d’union », qui raconte, mais aussi incarne, les versants et détours de notre société et permet aux lecteurs de (re)connaître l’autre, dans sa différence, de couleur, de revenu, d’éducation, de culture, de sexe mais aussi de pensée. Autant le dire : tout ou presque reste à faire.

Ce que raconte ce Médor #12

Ce numéro automnal traque les luttes de pouvoir à l’œuvre dans les forêts ardennaises, affronte la tempête créée par un projet culturel bulldozer, fait connaissance avec une directrice de prison, des salafistes et un couple de rifains, interroge la BD féministe comme phénomène de mode, souligne les conséquences du changement sur la loi « caméras » et scrute la place de l’alcool dans deux professions clés : médecin et policier, premier grand volet de notre enquête ouverte illustrée par Lucie Castel.

Hôpital_Lucie Castel


Il est trop tôt pour vous en révéler davantage. Mais il est encore tout juste temps pour vous de prendre un abonnement afin de profiter du plaisir de voir arriver ce numéro et les suivants directement chez vous et d’être certain·e de ne rater aucun épisode de notre grande enquête ouverte.

Observer la société au départ de votre boîte aux lettres

Seul média belge financé à 95 % par son lectorat (abonnements et ventes en librairie), Médor peut investiguer en tout indépendance pour jouer son rôle de quatrième pouvoir et vous offrir une information utile à l’exercice de la démocratie. S’abonner à Médor n’est pas un geste anodin, c’est un engagement porteur de sens.
 

Le 3 septembre, nous clôturons notre liste d’abonné·e·s pour ce numéro 12. Vous avez encore le temps de vous lancer mais ne tardez plus, votre commande et votre paiement doivent nous parvenir avant le 3 septembre.