Nouvelles de Médor

Médor #11, l’investigation pour changer le monde

Ce nouveau numéro, en librairies dès le 30 mai, termine notre troisième année de parution. Médor avance d’un pas décidé mais n’ira nulle part sans ses lecteurs. Seul média belge financé à 95 % par son lectorat (abonnements et ventes en librairie), Médor peut investiguer en tout indépendance pour jouer son rôle de quatrième pouvoir et vous offrir une information utile à l’exercie de la démocratie. Oui mais à quoi bon investiguer, si c’est seulement pour dénoncer ? Parce que, selon Mark Lee Hunter (journaliste d’investigation indépendant), notre mission est de « diffuser la vérité de sorte que le monde puisse changer ». Dénoncer n’est pas casser, détruire ou pleurer les pots cassés. C’est révéler une réalité, bonne ou mauvaise, dans l’espoir que ce qui fonctionne bien continue à rouler et que ce qui ne marche pas en ait les pieds coupés.

Ok, et, cette fois-ci, elle nous mène où, l’investigation ?

Depuis quelques semaines, notre enquête ouverte sur l’alcool en Belgique est en ligne. Nouveau processus journalistique dans le domaine de l’investigation, cette enquête en toute transparence, construite sur la base de vos pistes, est le point de départ de plusieurs articles à paraître dans les numéros de juin, septembre et décembre. Dans le numéro 11, vous découvrirez l’interview de deux hommes politiques qui évoqueront leur rapport à la boisson. L’un ne boit jamais une goutte, l’autre en consomme pour le plaisir et parfois dans une visée stratégique. Vous devinez de qui il s’agit ?
À côté de cela, ce numéro parlera notamment d’adoptions dramatiques, d’une prison qui ne porte pas son nom et d’adolescents qu’on ne voit pas ou qu’on voit trop. Il poursuivra un coureur aux mille mystères et vous emmènera scruter les développements de Marche-en-Famenne, avant de retourner du côté de La Louvière puis de se glisser au cœur de Saint-Josse (Bruxelles).

Visuel Médor #11

Il est trop tôt pour vous en révéler davantage. Mais il est encore tout juste temps pour vous de prendre un abonnement afin de profiter du plaisir de voir arriver ce numéro et les suivants directement chez vous et d’être certain·e de ne rater aucun épisode de notre grande enquête ouverte.

Observer la société au départ de votre boîte aux lettres

Tous les trois mois, Médor vous informe en profondeur sur des enjeux sociétaux forts. S’abonner à Médor n’est pas un geste anodin, c’est un engagement porteur de sens. Le 22 mai, nous clôturons notre liste d’abonné·e·s pour ce numéro 11. Si vous souhaitez continuer à bénéficier d’une information garante de la démocratie, car fournie en parfaite indépendance, ne tardez à passer à l’acte et pensez à effectuer le paiement à temps pour qu’il nous parvienne avant le 22 mai.

À bientôt et merci,

la bande à Médor