Portrait

Le mystère court toujours. Vies secrètes et mort étrange d’Etienne Gailly

Il y a 70 ans, le Belge Etienne Gailly s’apprête à gagner le marathon des JO de Londres. Au dernier tour de piste, il se fait dépasser deux fois et s’effondre derrière la ligne. Une défaite magnifique, une médaille de bronze. Mais l’homme a été plus que cet athlète d’une course : agent secret et parachutiste en 40-45, engagé sans peur durant la guerre de Corée, présent en 1960 au Congo dans un rôle trouble.

 
Gailly_intro.jpg

Lors d’un championnat militaire de cross avant 1948. Photographie offerte à Etienne Gailly par le capitaine Jean Wandelen « pour sa documentation ».

SCMKD

Londres, 7 août 1948.

« Notre cœur saigne. La blessure faite par le drame du marathon n’est pas près de se fermer. C’est en vain que nous tentons de chasser de nos yeux la vision de cette arrivée de marathon au stade de Wembley avec son atroce dénouement. Que l’on n’aille pas croire que la dérobade de la “Victoire” qui s’était offerte au lieutenant Etienne Gailly suffit à justifier notre amertume. Ce que...