Enquête

Kir royal. Le bourgmestre de Saint-Josse à la voix de velours et à la poigne de fer

Saint-Josse-ten-Noode propose un cocktail étonnant : c’est la com­mune la plus jeune, la plus diverse et la plus pauvre de Belgique. À sa tête, Emir Kir s’apprête à défendre son bilan, avant les élections communales. Il rêve de réunir ; sa gestion divise. Redistributive mais clientéliste. Localiste mais taxée de com­munautarisme. Portrait d’une commune hors normes et d’un bourgmestre qui fait polémique.

Illustrations : Ismaël Bennani CC BY-NC-ND

Avec près de 150 nationalités cohabitant sur à peine un peu plus d’un kilomètre carré, Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles) est une terre de contrastes, comme on dirait dans un catalogue publicitaire. Les trois quarts de la population ont au moins un grand-parent né hors de Belgique. Principalement en Turquie et au Maroc, mais aussi en Bulgarie, Roumanie et Afrique subsaharienne. La commune est un point d’entrée pour de nombreuses populations immigrées. Beaucoup partent s’installer ailleurs une fois leur situation moins précaire. Le renouvellement démographique est donc particulièrement important : sur une législature, plus d’un...