L’enquêteke Quand Médor indague sur un détail-farce du quotidien

L’invention
qui claque

Sur les plateaux de théâtre, les techniciens utilisent
des « colliers belges » pour attacher leurs câbles.
Mais qu’avons-nous à voir avec ces bouts de caoutchouc ?
Une enquêteke internationale.

Le « collier belge » dans le théâtre, c’était autrefois un tronçon de chambre à air sur laquelle était fixé un petit morceau de bois, qui permettait d’attacher des câbles sur une perche ou un pont sans devoir faire de nœud. Il existe aujourd’hui en version industrielle, sous forme de boucle en caoutchouc avec une petite excroissance à l’une de ses extrémités.

Pour « pot belge » (cocktail de dopants utilisés dans le cyclisme) et « compromis à la belge » (chèvre-choutisme politique), on voit bien l’apport de notre grande nation à la francophonie. Mais pour cet élastique de machiniste, héritier...