Moment flamand Le meilleur de la presse du Nord

Les cerveaux cramés de l’unif

La santé mentale des jeunes chercheurs flamands est inquiétante : un doctorant sur trois souffre de problèmes psychologiques sérieux. Trop nombreux, ils se livrent à une concurrence pour les financements et à une course à la publication. Mais ils rapportent beaucoup aux universités.

Au début de cette année, le Centre d’expertise pour le monitoring de la recherche et du développement de la Communauté flamande (Ecoom) a publié des chiffres retentissants sur la santé mentale des doctorants : pas moins d’un doctorant sur trois rencontre de graves problèmes de santé mentale, et les doctorants courent 2,4 fois plus de risques de connaître ce type de problèmes que les autres personnes hautement qualifiées. Les exigences professionnelles élevées, la répartition hommes-femmes inéquitable dans les groupes de recherche et les conflits entre vie privée et vie professionnelle seraient les principaux facteurs de risque de développer...