Enquête - Prix de la Presse Belfius

Le goût amer des pilules Mithra

Près d’une femme sur deux sous pilule contraceptive en Belgique avale quotidiennement un comprimé générique de la société Mithra. Dopée aux aides et subsides publics, l’entreprise liégeoise, qui affichait 11,4 millions d’euros de pertes consolidées fin 2014, a pourtant enrichi son patron François Fornieri d’au moins 6,5 millions au cours des mois précédant son entrée en Bourse. Conflits d’intérêts financiers, business plan trafiqué, délocalisation fiscale des fruits de la recherche wallonne, risque financier non déclaré au gendarme de la Bourse : les coulisses de la « success-story » Mithra laissent un goût amer dans la bouche du contribuable wallon.

« Je trouve Monsieur Fornieri un peu trop bling-bling. Il gagnerait à s’inscrire davantage dans la discrétion. » Ces mots de Jean-Claude Marcourt, ministre wallon de l’Économie, claquent comme un rappel à l’ordre, mâtiné d’un soupçon de mépris. « Ce sera mon seul commentaire », conclut-il. La scène se passe à Liège, le 3 juillet 2015, au barbecue annuel de la Maison de la Presse. Le ministre wallon de l’Économie déclinera toute interview ultérieure concernant le tumultueux parcours de François Fornieri, patron de Mithra Pharmaceuticals.

Créée en 1999 par le Pr Jean-Michel Foidart et François Fornieri, cette ancienne spin-off...