Récit

La retraite de Bulgarie

Ils sont une quinzaine de Flamands à avoir investi un coin perdu de Bulgarie avec un œil sur leur retraite. Tout ça à cause d’un couple de bons Samaritains, de l’impact de la télévision et du grand marché européen.

Il y a déjà cinq heures que le train a quitté la capitale. Après avoir traversé d’étroites vallées de montagne, il s’enfonce maintenant dans la nuit. Les passagers ont éteint la lumière et des verres d’alcool s’échangent dans l’obscurité du compartiment. Entre deux tournées, on commence à guetter par la fenêtre grande ouverte, dans le vent et le fracas métallique du convoi, l’arrivée en gare, pas davantage éclairée, de Popovo. Heureusement, les trains bulgares sont lents, mais ponctuels, et Jo Van der Steen et Ronnie Marynissen sont bien là au rendez-vous.

Il y a...